Bleu outre-mères

Expérience de réparation

Recherche d'une grand-mère inconnue dans une ville inconnue
 

Où et Quand ?

Sète, Mars 2018

Expériences en trois actes :

Acte I - La recherche

Acte II - Rédemption par les vagues

Acte III - Du berceau méditerranéen

à la promesse de l'enfantement

Données chiffrées :

735 kilomètres jusqu'à Sète

4 jours d'arpentage de la ville

2h d'écriture

20 minutes d'attente en bas d'un immeuble

10 minutes de captation vidéo

1 minutes de cueillette d'une plante grasse du chemin de mer

Et puis de retour chez moi

6h à graver la matière dans la pénibilité

2h à encrer, imprimer, et révéler la face cachée de ce voyage

Prologue -  En Mars 2018, je tentais un voyage de quelques jours à Sètes sur les traces d’une grand-mère inconnue. Recherche vaine mais nécessaire pour retrouver le lien perdu, creuser le sentiment d'absence et accéder enfin à ma propre maternité. Voyage initiatique à la rencontre d’une mer méditerrannée aussi inquiétante qu'éclatante.

« La traversée

J’arrive au port avec l’angoisse
et la joie de l’aventure.
Ce fut difficile. Je veux dire de sortir pour vivre. Être dedans
pour ne pas mourir, et dire :
Ventre, eau, toit, tendre
coeur, lit. »

« La traversata

Arrivo al porto con l’ansia
e la gioia dell’ aventura.
E stato difficile. Voglio dire venir fuori per vivere. Star dentro
per non morire, e dire :
Ventre, acqua, tetto, morbido
cuore, letto. »

P. 79 Vies particulières Maurizio Cucchi ed. le bosquet - La barthe , 2014

Acte I - La recherche

Vendredi 23 Mars 2018, 10h, dans l’église de la colline Ste Anne / Vue sur le lac de Thos -  

Voir un jour mes peurs s’effondrer comme les blocs de roches meubles au fond des mers profondes. Ciseléé comme l’est ma peau de ses mille entailles silencieuses.


A découvert, je sors à l’air nu et libre

20180323_103443 - copie.jpg

Vendredi 23 Mars 2018, 21h30, dans le logement de location

Le soleil perse ses rayons sur ma chevelure brunâtre. La vérité s’accueille en moi sans que j’en prenne garde. Le vent transparent caresse mes mains offertes en offrande.
Pas un mot à te dire. Je ne souhaite entendre de ta bouche aucune explication, ni chronologie. Et ton visage familier de moi-même, autre reflet en cette glace, m’offrira surement bien des mirages.

Je viens sans haine, craintive mais déterminée.
Curieuse mais fermée à l’inconnu trop vaste. Tremblante de tous mes membres. La rédemption est-elle pour aujourd’hui ? Briserai-je la spirale du silence ? De ces secrets d’une sûrement trop vive blessure.

Comment t’approcher sans me retrouver livré à toi ?

Je recherche le renouveau, je désire vivre.

Samedi 24 Mars 2018, 14h, dans un café - Sète en pluie d’étoiles

Samedi 24 Mars 2018, 16h, dans le logement de location

Où es-tu la naufragée ?
La cassante, tranchante et farouche fascinée d’Italie ? Où es-tu ? Qui es-tu ? Et qui suis-je ?
Je longe la rue délabrée bientôt happée par le bleu méditérranéen.
Un mélange de découragement, d’anxiété et d’amour me submerge. De ce voyage qui est le mien, dans cette ville où je suis adulte aspirante, chercheuse de ce sens que je n’avais jamais vu. Tremblante de cette incandescente responsabilité d’être.

Samedi 24 Mars 2018, 18h,devans le CRAC, sur le quai des bateaux de pêche

Mon coeur comme un tas de cordages.
brûle de l’intérieur, cette profonde brèche métallique.
Comment me libérer de ces liens ancestraux ?
Comment briser le silence d’une vie ? Comment oser parler ?
Traverser la crainte tragique et regagner son corps.
Tragédie qu’il m’appartient de dévoiler et d’absoudre. J'égraine les cailloux plats de cette plage. Promesse du dessin dans le sable. Retrouver le sens, s’autoriser. Dans la familiarité de cette douleur originelle.

Acte II - Rédemption par les vagues

Dimanche 25 Mars 2018,13h, bord de mer
Il y avait les vagues rugissantes, qui éclataient en rochers brisés. La falaise semblait tourner sur elle-même.

Après la crise, s’alimente les canaux de nouvelles eaux souterraines.
Cette eau qui me guérit.
Eclate dans la bouche les mots perdus en dedans de soi.
Se creuse de l’intérieur une  place pour les paroles nouvelles.
Je berce mes peurs qui comme par miracle s’endorment paisiblement.
Feu rédempteur de la vague.

Besoin de m'entourer de bleu, d'un bleu outre-mer.

Déjà j'imagine les gravures que je ferai à mon retour.

sètes_cartographie_intime.jpg

Acte III -  Du berceau méditerranéen

à la promesse de l'enfantement

Dimanche 25 Mars 2018 -  Ceuillette spontanée d'une plante grasse du chemin de mer. Besoin de ramener quelque chose de vivant de ce voyage. Cette plante est une carpobrotus acinaciformis surnommée GRIFFES de sorcière.

Je ramène une blessure vivante et potentiellement ensorcelée, c'est mieux que rien.

Je la nourrirai et lui donnerai de l'eau.

la plante.jpg

Vendredi 30 Mars 2018, Fête de Pâques de retour chez moi

À même mes rêves les plus enchevêtrés,
ne reste que la promesse muette de l’avènement de ce jour.
Calmement, le limpide horizon se gorge de lumière.

Lundi 15 avril 2019 à 20h05

Mon premier enfant vient au monde.

15 Mai 2020 -  La griffe est toujours chez moi entourée de coquillages. Elle commence à se déséché au niveau de la tige principale. Il serait temps de repiquer les parties saines.

Tandis que cette grand-mère sétoise restera probablement inconnue, mon autre grand-mère messine, bien connue depuis toujours, s'est éteinte à l'âge de 90 ans. Elle avait les yeux bleus, limpides comme la mer.

© 2019  Caroline ANTOINE

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now